En 1998, je rencontre la culture Hiphop. A cette époque, je pratique le kung-fu et le basket-ball. Le rap, le graffiti et la danse deviennent rapidement mes pratiques quotidiennes.

Je rencontre mes partenaires de mouvements à la MJC en 1999.
Je danse dehors, dans des salles, dans des battles puis plus tard, sur scène.

J’aime l’idée de pouvoir faire une danse de la pluie, une danse de la bonne musique, une danse de l’amour, une danse de la haine, une danse de la bonne soupe egyptienne...

Pour honorer toutes ces danses et toutes celles que je n’ai pas encore explorées, je collabore avec des centaines d’humains, je m’intéresse à nos traditions terriennes, humaines, spirituelles.

J’en ferais des bons et des mauvais spectacles aussi.

Je remercie ici tout les créateurs, particulièrement Imad Nefti et Olivier Lefrancois qui m’ont aidés à comprendre, voir, entendre et vivre l’art comme une expérience de communication et comme un remède. La danse me garde éveillé.




Rafael découvre la danse hiphop en 1998. Voyages et workshops auprès des pionniers de la danse hiphop constituent sa première éducation dansée. Son riche parcours d’interprète enrichit et diversifie son mouvement. (Lene Boel-Danemark / Jann Gallois-France / Yann Marussich-Suisse / Olé Khamchanla-France / …) En 2013, il fonde la cieTenseï, basée à Ferney-Voltaire en France. En 2018, il fonde la compagnie Champloo basée à Bienne en Suisse. Les deux structures lui permettent de créer des ponts traversant les frontières et les esthétiques.

Dans ses multiples collaborations, il développe un goût particulier pour l’objet, l’installation, la musique live et le texte. Ses pièces témoignent de cette pluridisciplinarité souvent inspirées par une contrainte extérieure, un objet, un texte, une musique.

En tant que pédagogue, Rafael a développé une pédagogie et des outils de transmission lui permettant de s’adresser autant aux novices qu’aux professionnels du mouvement. Il collabore depuis plus de dix ans avec différentes structures artistiques, scolaires et sociales. basées en France et en Suisse

Depuis 2009, Rafael Smadja organise et programme un festival de la culture Hiphop, plus largement axé sur la danse depuis les 5 dernières éditions (Step By Straight de 2009 à 2014, Les Hybrides Hiphopées de 2016 à aujourd’hui).


Outre ses activités de chorégraphe et danseur, Rafael Smadja investit également une partie de son énérgie dans des projets pédagogiques. Son intention est de transmettre une vision singulière de la danse Hip-hop ne visant pas l’apprentissage d’une technique, mais plutôt la compréhension de l’énergie de cette discipline. Le schéma s'applique à toutes pratiques physiques et/ou rythmiques. Son approche, tant ludique que physique, s'appuie sur des exercices et des règles d’improvisations amenant le danseur à découvrir son propre mouvement.

Les Workshops pour danseurs et autres disciples du mouvement, sont en lien avec les qualités des participants. L’objectif est d’identifier et renforcer les aptitudes existantes. Rafael transmet rarement sa propre technique. Il propose aux participants des outils pour trouver, éprouver, et améliorer la leur. L'échange prend généralement la forme d’un cypher (cercle), permettant ainsi à l'énergie de circuler.

Ces ateliers sont accessibles à toute personne ayant une pratique du mouvement régulière. (Danse, art martial, cirque, ...)

Les objectifs sont :
La transmission d'outils de recherche et de créativité.
La recherche de chemins, d'architectures de mouvement.
La détection des schémas et habitudes.
La composition du mouvement en improvisation.





© 2020 cieTenseï, tous droits réservés